Accueil Politique Tous les évènements

Retour de l’ex-FIS

Les politiques ont tranché


21 Juin 2014 | 06:50
shadow

L’Algérie doit tourner la page de la décennie rouge et définitivement. C’est du moins ce qui ressort et se devine de la démarche initiée par le pouvoir depuis les dernières élections présidentielles. Les déclarations du Premier ministre devant les sénateurs considérant la réconciliation nationale comme un choix irréversible et civilisationnelle ne laisse pas beaucoup de place au doute.


Auteur : Amina Hakem


Et si on ajoute à cela l’invitation et la réception de l’ex émir national de l’AIS par Ahmed Ouyahia, la boucle est totalement bouclée. Le pouvoir a fait ses grands choix et il le démontre par les gestes et les faits. Désormais nous sommes au point de non retour et les choses semblent avoir été catégoriquement tranchées en haut lieu.

Dans une déclaration à la presse, Madani Mezrag a rappelé à tout le monde que lui ainsi que ses hommes jouissent de tous leurs droits civiques et politiques et que de ce fait, ils sont partie prenante de la scène politique nationale où ils ont leur mot à dire et personne ne peut les en empêcher.

Ainsi, le processus de la réconciliation nationale engagée depuis l’arrivée du président Bouteflika aux affaires en 1999 se poursuit et, plus encore, s’approfondit et entre dans sa phase la plus importante, puisque indéniablement cette brèche ouverte par le pouvoir sera exploitée à fond par les ex-leaders du FIS pour faire le pressing qu’il faut afin de retrouver la scène politique et d’y activer pleinement en créant leur propre parti sous l’ancien nom ou avec un nouveau.

La scène politique algérienne n’en finit donc pas de faire sa mue et le pouvoir n’est pas dans le tort comme voudraient le faire croire certains, puisque l’opposition la plus virulente regroupée sous la bannière de la CNLTD a été la première à ouvrir ses bras aux ex-chefs du FIS.

C’est à croire qu’un consensus national s’est fait autour du fait de faire revenir ce parti sur la scène politique. Reste bien sur l’avis des associations et de la société civile, mais ceci peut il changer grand-chose face à l’unanimité des politiques sur la question?



Plus d'info

Commentaires

Laisser un commentaire

Merci Votre commentaire a été ajouté avec succés.
Commenter